Le train bleu du Sri Lanka

Nombreux sont les voyageurs à rêver au chant des mosquées qui accueille l’Orient-Express à son arrivée à Istanbul ou aux forêts infinies qui accompagnent la cadence du Transsibérien de Moscou à Vladivostok. Au sud-ouest de l’Inde, sur une île exotique, un petit train bleu qui sillonne à un rythme endormi entre les plantations de thé semble beaucoup moins connu. Bienvenue au Sri Lanka, entre Ella et Kandy !




Singes, feuilles de thé et train coloré


Loin des spots de surf de la côte du Sri Lanka et de Colombo, sa capitale animée et infatigable, le train qui relie Kandy à Ella dans le centre et les hauteurs de l’île vous propose un voyage plus calme, authentique et hors du temps. Car prendre le train au Sri Lanka, c’est avant tout prendre le temps. Prendre le temps d’observer les paysages brumeux défiler, les singes joueurs s’écarter des rails mais aussi de sentir les feuilles de thé parfumer l’air. De la lenteur du voyage à l’uniforme du chef de gare en passant par le confort du wagon, dès que je suis monté à bord, j’ai eu l’impression d’embarquer pour un voyage dans le temps. Ce sont les Britanniques qui avaient initié ce projet de ligne ferroviaire pour faciliter l’acheminement du thé. Et c’est comme si rien n’avait changé depuis !


Partage et gentillesse : les maîtres-mots à bord


Alors que j’avais l’habitude de voyager à bord des bus colorés à la décoration surchargée et à la musique survoltée pour mes déplacements dans le pays, je ne pouvais pas manquer mon rendez-vous avec ce petit train bleu pour m’aventurer un peu plus loin dans les profondeurs de l’île. Si tout le monde ne parle pas anglais à bord, la langue universelle du partage et de la convivialité est pratiquée par tous ! Une vieille dame adossée à la fenêtre me tend une banane et un peu de pain. Elle me sourit et replonge son regard dans le vert du décor qui entoure les rails. À côté de moi, sa fille me demande ce qui m’a amené au Sri Lanka et si je suis satisfait du voyage. « Il faut absolument que tu goûtes au thé », me dit-elle dans un anglais hésitant. Elle ne sait pas que j’ai déjà eu le temps de devenir accro à ce doux breuvage depuis mon arrivée et que j’en ai déjà bu deux tasses rien que ce matin. Nous continuons d’échanger quelques mots sous le regard attendri de la vieille dame. Quelques instants plus tard, un jeune homme d’à peine vingt ans me tape sur l’épaule et me demande de me lever. Intrigué, je le rejoins. Il m’emmène dans le hall du compartiment. La porte du train est ouverte. Il s’assoit sur les marches, les pieds dans le vide et me demande de le rejoindre. Le vent dans les cheveux, un peu effrayé malgré la faible vitesse du train, je me laisse bercé par le magnétisme des paysages, les cris des primates qui se balancent dans les branches et les rires des passagers.


 Arrivée à Kandy


Quelques heures plus tard, l’arrivée à Kandy me fait l’effet d’une déchirure. Le retour brutal à la réalité, les rues mouvementées de cette grande ville culturelle de l’île et l’au revoir ému à mes compagnons de voyage me font me rendre compte que ce voyage en train fut tout simplement l’un des plus beaux de ma vie. Quelques heures auront suffi pour regoûter à la beauté des choses simples et des paysages verdoyants. Quel pays ! Quel dépaysement !


Comment obtenir son visa pour le Sri Lanka ?


Les démarches pour s’envoler au Sri Lanka sont largement simplifiées par la politique e-visa du pays. Le visa électronique s’obtient rapidement et à faible coût en ligne, à l’aide d’un formulaire à remplir, d’un billet d’avion (aller-retour) et d’un passeport valable au moins encore six mois à compter de la date d’arrivée dans le pays.

Ils en parlent

https://www.dans-mes-basques.com/road-trip-au-sri-lanka
https://www.celinemouzon.com/sri-lanka-2020
https://www.carnetsdecharabia.com/safari-au-sri-lanka

  Comments



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *